dimanche 28 janvier 2007

Ile de la Réunion - Retour en métropole

Et oui, toutes les bonnes choses ont une fin.
18 jours de vacances à La Réunion ne m'ont pas permis de tout visiter. Mais j'en ai bien profité quand même.
Au total, j'aurais pris 1885 photographies, et 78 petites vidéos. Après avoir fait un tri, il me restera 1202 photos et 54 vidéos, soit respectivement 40 et 30% de déchet (photos ratées, en doublon ou sans intérêt).

Ce que j'ai retenu de La Réunion :
- Il y fait très chaud. Le corps humain a du mal à s'habituer à une telle chaleur. Compter deux à trois jours d'acclimatation.
- L'île n'est pas très propre. Des déchets qui jonchent le sol un peu de partout. Dommage.
- Beaucoup d'habitation n'ont pas d'eau chaude. Se doucher à l'eau froide a été un calvaire pour moi.
- Les gens sont très accueillants.
- La Réunion est pourvu de plusieurs microclimats. Très sec au nord. Très humide et verdoyant au sud. Les températures de l'île sont comprises entre 24 et 36 degrés, tout dépend de l'endroit où l'on se trouve. Une chose encore étonnante : la présence dans le ciel de nombreux nuages.
- Les chiens errants sont légions.
- La population est composée de Cafres (originaire d'Afrique), de Malbars (originaire des Indes), de Yabs (descendant des colons européens), de Chinois, de zarabes (Arabes) et de Zoreilles (personne française blanche venue de métropole). L'étymologie du terme zoreille à plusieurs sources. L'une d'entre elles est attribué aux chasseurs d'esclaves qui étaient payés au nombre d'esclaves enfuis tués et qui rapportaient leurs oreilles comme preuve pour se faire payer.
- La plupart des routes sont sinueuses et montagneuses.
- Il n'y a pas d'animaux sauvages dans les forêts.
- Il y a également très peu d'insectes. J'en ai rarement vu. Même la nuit, pas de bestioles visibles sous les phares de la voiture. Quant au fameux Chikungunya, il n'y a eu que cinq ou six cas au mois de janvier 2007. Je n'ai pas pris la peine de me protéger.
- Le rhum arrangé est une mode à La Réunion. Prenez un litre de rhum, rajoutez-y quelques cuillerées de sucre de canne, quelques fruits et laisser fermenter pendant 3 ou 4 mois. Vous obtiendrez ainsi du rhum arrangé. Peu fort en gout, mais extrêmement traitre.
- La vie est cool. Faut pas être pressé, parfois.
- Beaucoup de Réunionnais ont déjà vécu en métropole. Certains rêves d'y retourner.
- 30% de chômeurs.
- L'épidémie de Chikungunya de 2006 à couté 100.000 passagers de moins à Air France.
- Les routes de montagnes n'ont pas de trottoirs, mais de grosses et profondes rigoles. Faut pas se louper en voiture.
- Souvent, des gens ont commencés à me parler en créole. N'y comprenant rien, je me faisais un malin plaisir de leur répondre "Désolé, mais j'ai oublié mon traducteur universel à la maison". Il fallait voir leur regard rempli de surprise. Un régal. En fait, au bout de quelques jours, on arrive facilement à deviner le sujet des conversations créoles . A ce propos, j'ai commencé à balbutier quelques mots en créoles. Exemple: Chef, danne moins congés, vit'ment ! (Chef, donne moi des congés… vite !). Autre exemple : Quan ca nous ca aller la plage ? (Quand est-ce que nous allons à la plage ?).
- Le créole est une langue très imagée. Exemple : le lieu dit "La Ravine à Malheurs" nous laisse vite comprendre qu'il a du s'en passer des choses, dans ce ravin.
- Durant mon séjour, j'ai écouté Radio Freedom. Plutôt atypique comme radio. Elle se base sur l'appel des auditeurs. Ces derniers appels pour signaler un problème sur la route, pour vendre un objet, pour dire qu'ils ont perdu leur chien ou leur chat, pour signaler le vol de leur voiture, etc…. Parfois très marrant. Il est possible de l'écouter sur le net, à l'adresse suivante "http://www.freedom.fr".

21h55 : Décollage du Boeing 777. Je pars avec regret.
23h00 : Diner. Le repas ne m'a pas paru aussi bon qu'à l'aller. Le siège n'est pas confortable. En plus, il y a des turbulences.
00h00 : Je m'endors, 4 heures d'affilés.
06h30, heure de Paris : atterrissage à Orly Ouest. Il fait froid, 2 ou 3 degrés.

Toute la semaine qui suivra, je serai en quasi-déprime. La grisaille parisienne, la pluie, la neige et le froid m'ont mis un sacré coup au moral. Qu'est-ce que j'étais bien là bas.
J'y retournerai.










1 commentaire:

Isabelle Aslanian a dit…

bon j'ai découvert par hasard votre site.
j'ai visité la réunion en 2011 et j'ai pu, grace à vous me remémorer ses instants magiques.
Merci à vous.

Comme vous, j'ai eu le cafard à mon retour et ne rêve que d'une chose : y retourner (mon frère y vit avec sa femme et ses fils)

Amicalement,
Isabelle